Les étudiantes en TEE laissent libre cours à leur créativité!

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Dans le cadre de leur cours d’ Activité éducative pour les enfants de 2 à 5 ans, les étudiantes inscrites à l’attestation d’études collégiales en Techniques d’éducation à l’enfance ont souligné la 30e édition de la Semaine des services éducatifs en CPE et en milieu familial. Par cet événement annuel tenu du 28 mai au 3 juin 2017, ayant pour thème « Bienvenue dans ma grande famille », les étudiantes ont littéralement fait rejaillir une explosion de couleurs sur les murs du pavillon I du Cégep! Mettant en pratique les notions d’exploration et de découverte de leur potentiel créatif abordées dans leur cours, les étudiantes ont laissé libre cours à leur créativité. Le résultat multicolore est rempli de douceur et de messages porteurs d’espoir pour les petits qui seront entre bonnes mains dans un futur proche!

Bravo les filles!

 

 

 


L’infocontinue – Juin 2017

L’ infolettre de juin 2017 est maintenant disponible. Cliquez ICI ou  sur l’image pour y accéder

Vous aimeriez recevoir notre infolettre par courriel ? Abonnez-vous à notre liste de diffusion en cliquant ICI

 


De la compétence au diplôme… Comprendre la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

En 2002, le Gouvernement du Québec, par l’entremise de son ministère de l’Éducation, a identifié, comme axe prioritaire, le développement des services de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) dans les cégeps de la province.[1] Depuis, la plupart des cégeps offrent des services de RAC pour l’obtention de différents diplômes d’études collégiales (DEC) et différentes attestations d’études collégiales (AEC). Mais en quoi consiste cette fameuse RAC? Quels sont les avantages et les exigences de la RAC? Quelles sont les conditions d’admissibilité ? Le texte qui suit tentera de répondre à ces questions et de démystifier ce processus de diplomation alternatif à la formation généralement connue des cégeps.

 

L’approche par compétences

Devenue incontournable au tournant des années 2000 dans le monde de l’éducation, l’approche par compétences s’est imposée partout dans le monde, dont au Québec. La dernière réforme de l’éducation au Québec provient d’ailleurs du virage vers cette approche. « Ce qui caractérise l’approche par compétences, c’est que les objectifs d’enseignement n’y sont plus de l’ordre de contenus à transférer, mais plutôt d’une capacité d’action à atteindre par l’apprenant. Une compétence ne se réduit ni à des savoirs, ni à des savoir-faire ou des comportements. Ceux-ci ne sont que des «ressources» que l’élève ne doit d’ailleurs pas forcément «posséder», mais qu’il doit être capable de «mobiliser» d’une façon ou d’une autre, en vue de la réalisation d’une tâche particulière »[2]. Ainsi, si les compétences doivent être démontrées pour obtenir un diplôme, la maitrise des mêmes compétences devrait permettre d’obtenir ce diplôme… C’est sur ce principe que se base la RAC, c’est-à-dire d’évaluer rigoureusement la maitrise des compétences acquises au travail ou dans la vie personnelle et de faire reconnaître celle-ci par un diplôme!

Le service de la RAC au collégial  

1. Admission

Le processus débute lors du dépôt du dossier par le candidat. Différents documents administratifs lui seront demandés et des frais d’évaluation seront exigibles. Préalablement au dépôt de dossier, il est obligatoire de participer à une rencontre d’information sur le processus RAC prévue par le collège pour s’assurer que le candidat comprenne bien les exigences de la RAC.

Pour pouvoir être admis en RAC, le candidat doit démontrer qu’il possède des expériences significatives qui seraient susceptibles de lui avoir permis de développer les compétences relatives au diplôme qu’il convoite. Ainsi, le candidat devra faire la démonstration, grâce à une autoévaluation et une entrevue de validation, qu’il a vécu des expériences de travail et personnelles lui ayant permis d’acquérir des compétences.

2. Processus d’évaluation

Une fois admis, le candidat devra être évalué pour chacune des compétences prévues au diplôme qu’il convoite. Chaque diplôme nécessite la démonstration d’un nombre de compétences différent. Par exemple, l’AEC en Techniques d’éducation à l’enfance en compte 17 et le DEC en Techniques de comptabilité et gestion en contient 28.

Une après l’autre, la maitrise de chacune des compétences sera évaluée par un spécialiste de contenu. Celui-ci utilisera une « fiche pour consigner les résultats. […] Ce document permet à celui-ci de poser un jugement équitable en fonction de critères clairement définis et d’informer le candidat de l’écart existant entre ses acquis et le niveau de performance visé »[3]. Différentes modalités sont possibles pour l’évaluation, selon la nature de la compétence : examens en établissement scolaire, productions personnelles, séances d’observation effectuées sur le lieu de travail, portfolios, entretiens, enregistrement de tâches sur vidéo, etc.

3.  Formation manquante, si nécessaire

Si le candidat ne démontre pas qu’il possède le niveau de maitrise attendu d’une compétence en lien avec le programme d’étude visé, selon l’évaluation du spécialiste, le candidat se verra suggérer une formation complémentaire. Encore une fois, selon la nature de la compétence, le moyen proposé variera : ateliers dans un établissement scolaire, journal de bord d’apprentissage dans l’environnement de travail, encadrement téléphonique d’un spécialiste pour des lectures et des exercices pratiques, etc.

Dans le cas où la compétence est atteinte, le candidat poursuit son cheminement avec l’évaluation d’une autre compétence, jusqu’à ce que toutes les compétences soient atteintes.

4 . Diplomation

Lorsque le candidat a démontré qu’il maitrise toutes les compétences inhérentes au programme choisi, celui-ci se voit remettre un diplôme ou une attestation d’études collégiales, au même titre qu’un étudiant qui aurait complété tous les cours prévus à un programme d’études.

Avantages et exigences de la démarche

Pour une personne expérimentée qui ne possède pas de diplôme, la RAC présente des avantages intéressants :

  • La personne n’a pas à suivre de formation pour ce qu’elle sait déjà;
  • Le processus est sur mesure, flexible et adapté aux réalités du candidat;
  • L’accès facilité à l’insertion professionnelle et à des promotions, une fois le diplôme obtenu;
  • La qualité du diplôme émis est équivalente à celui remis à un étudiant qui aurait complété un programme d’études régulier ;
  • Le candidat bénéficie du soutien d’un conseiller pédagogique pour mener sa démarche, l’encourager et le soutenir lors d’embûches.

Ceci dit, le processus présente aussi des exigences à considérer avant de se lancer :

  • Ne remplace pas la formation initiale et nécessite des expériences significatives pour y être admis;
  • Nécessite que le candidat soit autonome, autodidacte et discipliné, puisque la démarche repose sur la motivation du candidat;
  • La démarche comporte des coûts.

Le service de la RAC au Cégep de Saint-Jérôme

Voici la liste des différents programmes offerts actuellement en RAC au Cégep de Saint-Jérôme :

En somme, la RAC permet à des personnes qui détiennent les compétentes et les acquis mais non la formation académique, d’obtenir la reconnaissance qu’elle mérite par l’obtention d’un diplôme reconnu. Pour ce faire, la personne devra démontrer, par une démarche rigoureuse d’évaluation, la maitrise de toutes les compétences prévues au programme d’études initial. « Non seulement la RAC favorise-t-elle l’intégration professionnelle, luttant ainsi contre la pauvreté et l’exclusion, mais elle agit également sur l’identité des individus, sur leur estime d’eux-mêmes, sur leur engagement civique, leur rôle de parent, etc., le tout ayant d’heureuses conséquences sur les générations futures »[4].

[1] Hirtt, N. L’école démocratique. Numéro 39; 2009. [http://movimentoscuola.ch/wp-content/uploads/2013/05/2009-APED-dossier-competenze-1.pdf]

[2] Ministère de l’Éducation du Québec. Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de la formation continue. 2002. [www.mess.gouv.qc.ca/publications/pdf/SR_politique_gouv_education_adultes.pdf].

[3] Ministère de l’Éducation du Québec. Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de la formation continue. 2002. [www.mess.gouv.qc.ca/publications/pdf/SR_politique_gouv_education_adultes.pdf].

[4] Ministère de l’Éducation du Québec. Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de la formation continue. 2002. [www.mess.gouv.qc.ca/publications/pdf/SR_politique_gouv_education_adultes.pdf].